Page 1 sur 1

La main lourde

Posté : 06 déc. 2018 08:50
par Grisemine
Cela fait quelques années déjà que j'ai rejoint ce forum, et je redécouvre encore et toujours le plaisir d'écrire "à la main", avec cet outil de torture de mes jeunes années devenu source de plaisirs toujours renouvelés (je parle du stylo-plume, pas du martinet ! Un peu de tenue je vous prie !)
À propos de tenue justement, j'ai découvert progressivement ce qu'on ne m'a pas expliqué à l'époque, et que l'on évoque bien trop peu même dans ce temple de l'écriture manuscrite, qu'un stylo-plume se tient légèrement, tout légèrement, comme une... plume. Son poids souvent suffit à écrire, il suffit de bouger la main, pas besoin d'appuyer.
J'ai encore du mal. Même en faisant des efforts, même en tentant de ne penser qu'à ça, ma main finit par s’alourdir. Cela devient fatiguant, moins doux, moins souple.
Et vous, comment n'appuyez-vous pas ?

Re: La main lourde

Posté : 06 déc. 2018 09:53
par Hobiecat
Je n'appuie quasiment pas, raison pour laquelle écrire avec une bille est un véritable supplice. ;)

Bien sûr, pour faire du flex, j'appuie un peu. :angel:

Re: La main lourde

Posté : 06 déc. 2018 10:13
par silverado
Voilà pourquoi je fais régler tous mes stylos avec un débit fort... 8-)

Re: La main lourde

Posté : 09 déc. 2018 16:25
par jddegap
Il importe d’être en accord avec sa propre pratique. J’entends par là que les règles et conseils ne peuvent être valable pour chacun sans un minimum d’adaptation.
Pour ma part, je manque de souplesse et je n’ai jamais eu le courage d’y remédier : les exercices m’ennuient.
Alors, lorsque je m’essaie à une écriture légère, le résultat est catastrophique. A force d’entraînement, je parviendrais peut-être à réformer ma pratique, mais je n’y vois pas d’intérêt.
Je suis tellement crispé et mal à l’aise avec un stylo bille que le simple fait d’écrire au stylo-plume me fait l’effet du jour et la nuit.
;)

Re: La main lourde

Posté : 09 déc. 2018 17:38
par silverado
Eh ! Oui Jérôme, ça nous éclaire bien. ;)

Re: La main lourde

Posté : 09 déc. 2018 18:06
par Deckard
C'est pour cela que j'aime les stylos lourds, ils reposent bien en main et il n'y a pas besion d'appuyer.

Re: La main lourde

Posté : 12 déc. 2018 10:40
par DrScholl
Grisemine a écrit :
06 déc. 2018 08:50
J'ai encore du mal. Même en faisant des efforts, même en tentant de ne penser qu'à ça, ma main finit par s’alourdir. Cela devient fatiguant, moins doux, moins souple.
Et vous, comment n'appuyez-vous pas ?
J'adore la formulation de la question, c'est très zen comme démarche :mrgreen:
C'est un peu comme la pratique de la méditation : on voudrait ne plus penser mais le cerveau n'en fait qu'à sa tête. Ou bien l'injonction paradoxale du genre "Sois spontané" qui t'enlève toute spontanéité.
C'est pour ça qu'on a inventé des postures, des respirations, des exercices, des mantras, etc tout cela fournissant un cadre auquel on revient pour garder son "innocence" dans la pratique.
À vrai dire j'ai un peu le même problème d'écriture.
Je le contourne en me donnant un peu de ce cadre, qui plutôt qu'une ascèse est devenu une routine que je me donne lorsque j'écris au stylo-plume : une certaine attention portée à mon ergonomie, ma position de corps, de main, et donc de légèreté aussi. Par contre, sauf exercice délibéré, je ne me polarise pas sur l'écriture elle-même, pour la laisser un peu vivre comme une résultante du reste... Et forcément de temps en temps je m'aperçois que ma main s'alourdit, ou dans mon cas "s'énerve" et se crispe un peu trop, et hop je revérifie cette ergonomie générale, je me "recentre" et j'ai l'impression que ça contribue à relâcher ma main. Pas très facile à décrire car c'est un processus fluctuant... Mais fluctuat c'est toujours mieux que mergitur...


Bon pour demain vous me ferez 10 pages sur "celui qui cherche le Tao oublie chaque jour". Rangez vous affaires et sortez en ordre :mrgreen:

Re: La main lourde

Posté : 12 déc. 2018 13:15
par Mirifix78
J'ai du mal à comprendre comment on peut arriver à écrire correctement à la plume sans appuyer (un peu, beaucoup, passionnément). Si je n'appuie pas, j'écris de façon illisible.
Or le seul plaisir que j'ai à écrire à la main, c'est pour tracer de jolis caractères, pas trop lentement (ça m'énerve), mais élégamment.
Pour écrire sans appuyer, le roller est impeccable, souvent supérieur au stylo plume.
Si c'est pour écrire des pages et des pages, je le fais à l'ordinateur : ça va plus vite, c'est mieux écrit et largement moins fatigant, c'est archivable et transmissible facilement.